Magnadaoué

07 septembre 2007

L'exode de la misère

    Quand la misère devient trop prenante, les Hommes partent. Quand le désespoir prend le pas sur l'espoir et la confiance en l'avenir, s'ouvrent alors les chemins longs et périlleux de l'exode, vers ce qu'ils croient être le paradis, l'Europe. Parcours semé d'embûches, à la merci des contrebandiers du désespoir, ces passeurs sans foi ni loi qui pour d'importantes sommes d'argent vous promettent les rivages de l'Europe. Au retour du Mali, et après avoir cotoyé cette intense misère pendant un mois, on en viendrait presque à comprendre ce qui pousse ces hommes et ces femmes à fuir leur maison, leur famille dans l'espoir d'un avenir meilleur. Cet avenir meilleur pour les africains tentés par l'exode est l'Europe, sa richesse, sa  facilité de vie et de vivre, cette abondance qui fait tant défaut en Afrique.

    De l'Afrique vers l'Europe à travers les chemins sinueux du désert, en passant par le point névralgique de la traversée, Gao. Ville à l'entrée du désert, ville la plus importante et la plus proche de l'Algérie, ville rencontre de la misère de l'Afrique subsaharienne. Après avoir rallié Gao, la plupart des clandestins venus de tous les pays environnants et de toute l'Afrique, scrutent le signal donné par le passeur du départ tant attendu à travers le désert. La traversée leur coûtera cher, leurs années d'économie mais aussi parfois leur vie ou leur liberté, tout cela dans l'espoir d'arriver en Europe.

DSCN2393
La première étape vers l'exode, Gao.

    Pourtant, une fois arrivés aux frontières du vieux continent devant les enclaves de Ceuta et Melilla, tous comprennent que le plus dur est devant eux, rares sont ceux qui passent la frontière et arrivent en Espagne. La plupart sont arrêtés et souvent molestés par la police espagnole, marocaine ou algérienne puis reconduits manu militari vers les frontières d'où ils sont venus, la frontière malienne. Commence alors pour eux le même périple, celui de récolter un maximum de fonds et de retenter encore une fois sa chance vers le paradis européen.

    Triste sort qui leur est réservé, les solutions nous appartiennent pourtant, changer les règles qui régissent nos échanges avec l'Afrique. Appliquer à tous (et surtout à nous-mêmes) les règles que l'on veut voir appliquer à certains, supprimer par exemple les subventions à l'agriculture dans les pays occidentaux pour permettre à ces hommes et femmes de pouvoir enfin vivre du travail de leur terre. Arrêter d'entretenir un climat de dépendance entre eux et nous, laisser l'Afrique se développer sans notre intervention. Nous avons trop donné de poissons sans apprendre à pêcher.



DSCN2583
Le boulevard des Askias, artère centrale de la ville de Gao. Lieu principal de rencontres des candidats clandestins à l'émigration.

Un article plus complet sur le même sujet sur le site de RFI, le "carnet de route" de Serge Daniel (journaliste à RFI) sur les pistes et les pas des candidats à l'émigration:
www.rfi.fr

Posté par Magnadaoue à 14:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


04 septembre 2007

Djenné

    Ô ami voyageur, si un jour tu passes par le Mali, n'hésite pas une seconde à passer par la ville de Djenné. Il s'agit d'une ville exceptionnelle par la beauté de ses constructions, par son ambiance, par la gentillesse de sa population. La cité, située sur le Bani, est principalement connue pour sa mosquée, la Grande Mosquée de Djenné. Mais je vous laisse juger par vous-même de la beauté de la mosquée, des paysages des alentours de Djenné et surtout des couchers de Soleil sur la ville.


DSCN2787

L'entrée des femmes de la grande Mosquée de Djenné.


DSCN2817

Entrée principale de la grande Mosquée.


DSCN2833

Paysage post-orage dans la région de Djenné, avec des champs de mil au premier plan.


DSCN2888

Fin de journée sur la ville millénaire de Djenné.


Un conseil, si vous passez par Djenné demandez à avoir comme guide Seydou Traoré. Il vous fera découvrir les plus beaux coins de la ville et de sa région.

Posté par Magnadaoue à 18:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 septembre 2007

La Dune Rose

DSCN2545   

    Le Mali est un pays envoûtant. Une fois sorti des villes, les paysages deviennent magnifiques. Pour preuve voici une photo prise sur la Dune Rose à quelques kilomètres en amont de Gao sur le Niger. DSCN2549
   

   

    Selon la légende, la dune deviendrait le lieu de rencontres de tous les magiciens du Monde à la tombée de la nuit. Nous y étions malheureusement le matin, nous n'avons donc pas pas vérifier la véracité de la légende.

 




Mais ce n'est que partie remise !

Posté par Magnadaoue à 13:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 septembre 2007

Retour du Mali

    La mission est physiquement finie. On est tous de retour en France, des images plein la tête. Pour vous faire partager un peu de ce que l'on a vécu, je vous mettrai au fur et à mesure quelques photos de notre voyage.

Enfants___la_pompe

    Au Mali et comme souvent en Afrique, les enfants passent du sein de leur mère aux travaux des champs sans aucune transition. Il ne semble pas qu'il existe de jeunesse pour ces enfants. Sans transition de la maternelle à l'âge adulte. Au Mali, selon l'UNICEF, 35% des enfants entre 5 et 14 ans travaillent... Ici, c'est l'eau, mais souvent c'est le commerce, ou encore les travaux des champs.

Posté par Magnadaoue à 10:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 juin 2007

Lexique

Le lexique est encore et toujours à votre disposition, surtout n'hésitez pas à le récupérer (dans les deux versions):

 

Et rassurez-vous c'est faisable, le premier exemplaire a déjà été réalisé pour l'arabe (oranais). Celui qui a accepté de nous aider n'a pas trouvé cela difficile. Je vous communiquerai cette version en arabe dès qu'elle sera intégralement copiée sur le tableau.


Merci à tous ceux qui participent à l'aventure et bonne aventure utile (et studieuse) !

Posté par Magnadaoue à 14:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Revue de presse

    Alors que nous partons dans presque un mois, il devient de plus en plus important de se tenir au courant de tout ce qui peut se passer au Mali. Et l'actualité Malienne (dont on parle extrêmement peu en France) est fort riche ces derniers temps.
   
    Tout d'abord, il convient de parler de "l'affaire de la maîtresse du président". Il s'agit de la publication dans un journal malien d'une caricature nommée "la maîtresse du président" montrant le président ATT en galante compagnie qui a défrayé la chronique des gazettes maliennes. À la suite de la parution, le procureur a décidé d'écrouer six personnes dont des directeurs de publications de journaux ayant publié ou pris parti pour la parution de cette caricature. Le sujet est inquiétant et mérite d'être relevé, car il s'agit d'une importante entorse à la liberté d'expression, que Reporters sans Frontière s'est empressé de dénoncer. Pour le moment, deux personnes (l'enseignant créateur de la caricature, et un journaliste l'ayant soutenu) ont déjà été condamnées à de la prison ferme pour "offense au chef de l'état", tandis que les quatre autres ont écopé de sursis.

    Également, les travailleurs maliens ont décidé d'une grève générale de 48h pour demander l'amélioration des conditions de vie. Cette grève a été lancée à l'appel de la centrale syndicale UNTM (Union nationale des travailleurs maliens). Cette information est rapprochée de l'inquiétude liée à l'augmentation des prix que subit actuellement le Mali. Cette hausse des prix entraîne donc logiquement et irrémédiablement une dégradation des conditions de vie des travailleurs.

Pour plus d'actualité malienne:

Le site Mali d'informations www.maliweb.net
L'information sur toute l'Afrique et le Mali www.jeuneafrique.com

Posté par Magnadaoue à 10:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 juin 2007

Coupable précipitation

    Dans la conclusion de mon billet sur le paludisme, je m'étonnais de l'inaction de la recherche européenne ou américaine concernant la lutte contre le paludisme. À ce sujet, j'ai fait preuve d'une précipitation et d'un manque de recherche certain dans l'élaboration de mon article. Et d'ailleurs, je m'en excuse. En effet, le laboratoire pharmaceutique Sanofi-Aventis a mis au point un procédé permettant de réduire considérablement le coût des traitements anti-paludiques. Sans vouloir faire de publicité "gratuite", la découverte de Sanofi-Aventis est une réelle avancée médicale, mais qui doit encore faire ses preuves à grande échelle.
    Ce nouveau médicament est le COARSUCAM, et son coût est 100 fois inférieur aux médicaments actuellement prescrits (type malarone). De plus, il ne fait pas l'objet d'un brevet, en conséquence, quiconque (un État, une entreprise ou autres) peut décider de produire ce médicament sans craindre de procès ou d'avoir à payer de prohibitives licences d'exploitation.

    De plus, en France, se sont mises en places des associations et coalitions pour lutter contre le paludisme en Afrique, c'est le cas par exemple de la Coalition Française contre le paludisme ou encore de l'association Plan France. Ces ONG peu connues aspirent à l'être un peu plus et à être reconnues pour leur action, et leur but. En effet, il faut le rappeler, l'une des premières causes de mortalité en Afrique est le paludisme, et cela devant le virus du Sida. Il est cependant nécessaire de préciser que l'action de ces ONG se dirigent principalement vers la prévention, avant que le femelle anophèles n'ait piqué sa victime.moustique Cette prévention passe par la distribution de moustiquaires imprégnées de répulsifs (un coût de seulement 5 $US), par la couverture des points d'eau dans les habitations pour éviter la reproduction des larves de moustiques et également par l'information des populations locales.

    La prévention est nécessaire, et j'espère que durant notre séjour à Magnadaoué nous pourrons donner aux populations locales quelques conseils simples pour leur permettre de juguler un peu plus la population des moustiques "tueurs".

Posté par Magnadaoue à 22:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

En vrac

    Alors que les collectes de toute sorte (médicale et éducative) se continuent, nous voulons prendre le temps pour remercier toutes celles et ceux qui nous ont donné du matériel qui sera tant nécessaire au bon déroulement de notre mission. Merci pour tout.

    Avec la Guilde, nous avons pour projet de mettre en place un lexique linguistiques pour toutes les missions. Quel que soit le pays de destination, nous espérons regrouper au retour des missions un ensemble le plus complet possible des langues parlées dans une région ou un pays donné. Par exemple, le Songhaï pour la région de Gao, mais également le Bambara, langue très pratiquée au Mali quelle que soit l'ethnie d'origine.
    Vous trouverez donc à la suite, le lexique dans sa version améliorée grâce aux membres de la Guilde, l'un en version excel à remplir à votre retour et l'autre en format pdf que vous pourrez photocopier et mettre au fond de votre sac à dos afin d'être rempli sur place.

Posté par Magnadaoue à 16:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

19 juin 2007

Paludisme

    Lorsque l'on prépare un départ en direction de l'Afrique, que l'on parte pour une mission de solidarité ou simplement en tant que touriste, se pose la question du paludisme. Malarone, Lariam, Savarinve, ou Doxycycline, et autres produits du genre seront les éléments obligatoires de la trousse médicale. Le paludisme est une maladie grave, très répandue en Afrique, en Asie du Sud-Est et Amérique du Sud qui tue un enfant toutes les 30 secondes en Afrique...riskpalu

    Le paludisme est une parasitose causée par un hématozoaire (un parasite des globules rouges) nommé Plasmodium Falciparum. Internationalement, cette pathologie est plus connue sous le terme de Malaria.
   
    Mais c'est la transmission de cette maladie qui est étrange, elle ne se passe pas par échange de postillons comme la méningite, ou par échange de sang comme le VIH, elle se transmet par les moustiques et même un seul genre de moustique. Le genre anophèle est donc présent entre les deux tropiques, et contribue à la diffusion du paludisme par ses piqures qui ont lieu seulement dans les heures de soirée, en début de saison humide.

    Nous qui partons, avons la chance de disposer des moyens nécessaires pour nous protéger de ces moustiques derrière nos moustiquaires, nos habits imbibés de répulsifs, et notre traitement de réserve qu'il soit à base de Malarone ou de Savarine. Mais cette chance liée aux moyens dont nous disposons n'est pas partagée par tous, et loin de là. Comme il a été expliqué précédemment un enfant meurt toutes les 30 secondes du paludisme en Afrique, les moyens pour la prévention sont peu chers (moustiquaires, et les produits pour imbiber existent naturellement en Afrique)  mais les fonds et surtout la volonté politique internationale manquent cruellement.

    Malheureusement, le paludisme bien que plus létal que le Sida est moins objet de recherches scientifiques que le VIH. Je ne nie pourtant pas l'importance du VIH, et je ne veux pas non plus confronter les malheurs liés aux pathologies mais il y a de quoi se demander tout de même pourquoi la recherche médicale se porte aussi peu sur la guérison de cette parasitose. Faut-il attendre que le paludisme tue une personne toutes les 5 secondes en Afrique, ou faut-il seulement attendre qu'il en tue une en Europe ?


Pour de plus amples informations:

L'article très complet de Wikipédia fr.wikipedia.org
Le site de l'institut Pasteur www.pasteur.fr

Posté par Magnadaoue à 11:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 juin 2007

La Rencontre

    Encore une nouvelle absence, pour 5 jours cette fois. Je me rends à Paris pour rencontrer les autres membres de l'équipe, de notre Mali Dream Team en partance pour Magnadaoué. Malheureusement, tous ne serons pas là, certains passent concours et épreuves, souhaitons-leur bonne chance. Quant à nous, qui serons à Paris, nous nous rendrons à la Guilde (où j'espère rencontrer Sylvain Tesson !!) pour participer à la réunion d'informations concernant notre mission. Nous profiterons également de cette rencontre pour faire connaissance de manière moins virtuelle que par mail, msn, ou autres et également pour synchroniser nos actions de collecte et commencer à mettre un peu au point notre programme sur place. Un programme donc assez chargé ! Sans compter que samedi, tous les guildiens se retrouveront pour l'annuel pique-nique des missions. Promis, on vous ramènera des photos de tous ces évènements !

    Alors, Sabine, Cathy, Frédéric et Jérémy à tout à l'heure ! Et Véro, Éloïse, bonne chance pour vos épreuves.

Posté par Magnadaoue à 09:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]